Vote des expatriés... Le Hezbollah refuse de renouveler l'expérience 2018 des inégalités des chances

Vote des expatriés... Le Hezbollah refuse de renouveler l'expérience 2018 des inégalités des chances

| mardi 05 octobre 2021

Omar Al Rassi - "Akhbar Al Yawm"

Le vote des expatriés au prochain cycle électoral, comme lors des précédentes élections en 2018, est un sujet de débat et d'axe d'aller-retour, même si les Libanais de l'étranger ont entamé la procédure d'inscription après que le ministre des Affaires étrangères Abdallah Bou Habib ait fait circuler à tous les Libanais missions diplomatiques à l'étranger, dans lesquelles la date d'enregistrement des citoyens non libanais a été fixée. Les résidents des territoires libanais voteront aux élections législatives de 2022, à partir du 1er octobre prochain jusqu'au 20 novembre 2021.

L'opinion est partagée entre le Hezbollah, qui refuse de renouveler l'expérience, et les forces chrétiennes, emmenées par le Mouvement patriotique libre, qui ont rejeté tout amendement à la loi électorale qui empêcherait les expatriés de voter ou d'être représentés par six députés dans les prochaines élections prévues au printemps.
Au moment où les forces politiques et les partis ont commencé leurs préparatifs pour contester les élections, une source de suivi a indiqué que le Mouvement patriotique libre a établi une relation étroite avec les expatriés libanais, il ne nous est donc pas permis de recourir à la expatrié seulement quand on veut quelqu'un qui soutient ou envoie de l'argent, mais il faut plutôt l'impliquer dans le processus électoral, ce qui est peut-être l'une des rares choses qui le rendent lié à sa mère patrie.
La source estime, via Akhbar Al Yawm, que le Mouvement patriotique libre se situe entre deux catégories : la première est d'entretenir une relation étroite avec le Hezbollah, qui constitue le principal levier pour les candidats du mouvement dans plusieurs circonscriptions, dont peut-être les plus importantes sont : Baabda et Jbeil, et entre s'efforcer non seulement de voter pour les expatriés. Au contraire, c'est aussi l'application de l'article 122 de la loi électorale, qui stipule que « six sièges non-résidents s'ajoutent au nombre de membres de la Chambre des Représentants pour devenir 134 membres dans le cycle électoral qui suivra le premier cycle électoral qui aura lieu à la suite de cette loi.

Dans ce contexte, une référence du Hezbollah a indiqué, via Akhbar Al Yawm, que « l'élection des expatriés est soumise à des ingérences et à des pressions extérieures, ce qui nuit aux électeurs à l'étranger selon leurs tendances politiques », expliquant : Tout le monde sait qu'il y a agression et la persécution de tous ceux qui soutiennent le Hezbollah dans le pays. Certains pays ont pris peur d'eux-mêmes, car ils peuvent être arrêtés ou poursuivis, et il n'y a donc pas d'égalité des chances si le droit de vote est ouvert, même si nous sommes confiants dans le soutien du parti à l'étranger, qui peut l'emporter sur le soutien de l'intérieur.

Le renvoi disait : C'est notre position puisque la question a été soulevée, que ce soit au Conseil des ministres ou à la Chambre des représentants, et toute candidature à l'élection d'expatriés doit répondre aux conditions d'égalité des chances et du droit de chaque citoyen à s'exprimer et à choisir librement. . Son opinion était conforme à la politique de certains pays qui s'immiscent dans les moindres détails des affaires intérieures. Quant à un autre Libanais, dont la position n'est pas conforme à l'opinion de ces pays, il s'interdit de participer par crainte de lui nuire. Par conséquent, il n'y a pas d'égalité ou d'égalité des chances entre les électeurs.

Il a ajouté : "Mais nous n'en avons pas fait un problème. Au contraire, nous sommes prêts à en parler."
En réponse à une question, sur l'impact de cette position sur l'alliance avec le Mouvement Patriotique Libre ? La référence a répondu : chaque fois qu'il y a une position du Hezbollah qui rejoint ou n'est pas d'accord avec le courant, elle devient l'objet d'attention, de scepticisme et de conclusion, tandis que le Hezbollah, en tant que parti actif qui a sa présence et sa représentation, a le droit d'exprimer l'opinion d'une grande partie des Libanais tout comme le reste des forces.

Il a conclu : le Hezbollah possède de la flexibilité et est prêt à la compréhension et au dialogue, d'une manière qui ne nuit pas à l'intérêt public.
Parallèlement, un représentant du "Liban fort" s'est contenté de dire que la position du parti pourrait évoluer vers la répétition de l'expérience de 2018, considérant que les choses s'éclairciront lors de la réunion des commissions paritaires jeudi prochain.

Rejoignez la chaîne YouTube maintenant, Cliquez ici


Suite News

Actualité à la Une

Exclusive