C'est la méthode « saine » qui fait sortir le Liban de la crise économico-financière

C'est la méthode « saine » qui fait sortir le Liban de la crise économico-financière

| jeudi 07 octobre 2021

Rania Shakhtoura - Akhbar Al Yawm

 Sans un secteur bancaire efficace capable de prêter et d'injecter de l'argent dans le cycle économique, aucune économie ne peut tenir le coup... Mais cette théorie ne prévaut pas au Liban. Chaque fois que la crise politique s'intensifiait, des accusations étaient lancées contre les banques, parce que « l'argent des déposants était saisi »... bien que la cause de l'effondrement financier ne soit pas imputable aux banques, mais plutôt au résultat des politiques continues qui ont couvert la corruption  dans la plupart des établissements de l'Etat, sachant que les banques n'ont jamais éludé leurs responsabilités, à condition que la répartition des pertes soit juste.

  Au moment où le gouvernement a commencé à élaborer un plan de négociation avec le Fonds Monétaire International, la nouvelle attaque contre les banques semble surprenante, car une source financière a indiqué que la raison principale est le résultat des stratagèmes de ceux qui étaient derrière le gouvernement précédent pour contrôler le secteur financier et créer un secteur bancaire dont le noyau est constitué de cinq nouvelles banques, il a averti que « celui qui contrôle le secteur financier contrôle le pays ! ».

 Pour sa part, Nassib Ghobril, économiste en chef du groupe Byblos Bank, a déclaré que les méthodes de travail du gouvernement précédent n'étaient pas propices à relever les défis financiers et économiques existants, considérant à travers "Akhbar Al Yawm" que l'approche avec le gouvernement du Premier ministre Najib Mikati a différé, soulignant que l'objectif aujourd'hui est de sortir de la crise, ce qui ne peut se faire sans un secteur bancaire qui fonctionne normalement, et cela passe par le rétablissement de la confiance, le démarrage de l'injection de capital et la gestion rationnelle de la situation des actifs de la Banque du Liban.

 En réponse à une question, Ghobril a indiqué que ce gouvernement participera avec les composantes du secteur privé à l'élaboration d'un plan de négociation avec le Fonds monétaire international car toute action sur les réformes doit être soutenue par la société libanaise et le secteur privé.

 Ici, Ghobril a indiqué que l'approche « saine » qui sort le Liban de la crise est de donner la priorité à la croissance économique, d'étendre la taille de l'économie et d'atteindre un excédent primaire dans le budget public, et sur cette base, le rééchelonnement ou la restructuration de la dette publique a lieu, et non l'inverse. Il n'est pas permis de geler l'économie, de poursuivre la déflation et de détruire le secteur bancaire pour réduire la dette publique, sachant que la tentative d'aller dans ce sens nous a amenés ici.

 Dans ce contexte, Ghobril a fait la distinction entre traiter les questions « d'un trait de plume » pour plaire au Fonds monétaire international uniquement, (le secteur bancaire sera aboli et la délivrance de licences pour cinq nouvelles banques), et  l'affirmation que le secteur bancaire est essentiel pour l'avancement de l'économie et le retour d'une croissance positive et d'un mouvement économique, ce qui signifie que le secteur bancaire joue son rôle de prêt au secteur privé, et cela a besoin de liquidités, en renvoyant le flux de capitaux au Liban , et ainsi lui redonner confiance, considérant que la voie ne peut être franchie qu'à travers un accord de financement de la réforme par le biais du Fonds Monétaire Internationals.

 Ghobril a souligné la nécessité pour le gouvernement d'élaborer son plan dans un délai court, d'entamer dès que possible des pourparlers (qui diffèrent des négociations pour conclure l'accord) avec le FMI.

Rejoignez la chaîne YouTube maintenant, Cliquez ici


Suite News

Actualité à la Une

Exclusive