Un départ chancelant pour le gouvernement de l'autorité à la réforme !

Un départ chancelant pour le gouvernement de l'autorité à la réforme !

| vendredi 08 octobre 2021

Rania Shakhtoura - Akhbar Al Yawm

Chaque gouvernement se voit accorder une période de grâce, pendant laquelle il est censé préparer ses plans et commencer la mise en œuvre, mais au Liban, cela semble différent.

Une source politique chevronnée a indiqué que le gouvernement du Premier ministre Najib Mikati - comme beaucoup ou la plupart des gouvernements précédents - a agi à l'encontre du concept du délai de grâce, car sa performance dès le premier jour n'était pas correcte, en particulier dans les questions souveraines ! À commencer par l'entrée douteuse de carburant diesel iranien au Liban, en violation de tous les principes et procédures approuvés, des frontières lâches, une ingérence dans les affaires judiciaires et une immobilité face aux menaces du Hezbollah à l'encontre de l'enquêteur judiciaire sur le crime du explosion portuaire, le juge Tarek Al Bitar, jusqu'à ne prendre aucune position sur les dossiers de l'indépendance souveraine.

La source a déclaré, via "Akhbar Al Yawm", que la scène n'était pas meilleure au niveau de la réforme, car il semble qu'elle soit revenue à la case départ dans la question des négociations avec le Fonds monétaire international, compte tenu de la composition de la négociation délégation, qui reflète des capacités limitées ou des germes d'obstruction, alors que la négociation a besoin de l'unité de la position libanaise et de l'unité du plan, qui n'est pas disponible jusqu'à présent !

La source a estimé qu'en plus des premiers pas hésitants, certains ministres semblaient être des "adolescents" en politique. C'est ce à quoi le patriarche maronite Mar Bechara Boutros Al Rahi a fait allusion dans son discours de dimanche dernier, où il a appelé les ministres à mettre en évidence leurs capacités à faire face aux crises.

Ici, la source n'a pas fait la distinction entre le discours de dimanche et la visite de Mikati à Bkerké ce matin, puisqu'il a déclaré avoir informé le Patriarche de l'avancement des travaux du gouvernement, soulignant que nous ne manquons pas une occasion sans être avec les préoccupations des gens et je connaître ces grandes préoccupations, et nous nous efforçons, mais franchement l'enthousiasme et la sténographie.

En réponse à une question, la source a déclaré : En tout cas, le pari reste que le Premier ministre peut utiliser ses relations internationales pour créer une solidarité internationale avec le Liban, et il se rend aujourd'hui en Jordanie, mais il y a toujours une pénurie au niveau des Solidarité arabe car les pays du Golfe sont toujours à leur place, notamment l'Arabie saoudite.

Il a ajouté : La visite du ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian en Arabie saoudite n'a conduit à aucune solution. Au contraire, l'Arabie saoudite a reproché à la France sa ruée vers le Liban et l'Iran ! Il a poursuivi : Ceci, outre la différence franco-américaine, et la visite du secrétaire d'État américain Anthony Blinken à Paris il y a trois jours, ont mis en évidence la distinction vis-à-vis de l'Iran, et c'est ce qui se reflète ainsi au Liban.

La source a estimé que la France, qui cherche des bailleurs de fonds pour sécuriser l'aide au Liban, ne peut réussir sans "l'aval" américain, à commencer par le Fonds monétaire international, sur lequel Washington influence.

Qu'en est-il de la visite du coordinateur de l'aide internationale au Liban, l'ambassadeur de France, Pierre Duquennes, à Beyrouth, la source a répondu : Duquennes a des idées préconçues sur la situation libanaise, sur la base de ses amitiés avec les responsables libanais.

Rejoignez la chaîne YouTube maintenant, Cliquez ici


Suite News

Actualité à la Une

Exclusive