Les préparatifs du cop 26... Elsy Milan a participé aux rencontres milanaises et relayé son expérience

Les préparatifs du cop 26... Elsy Milan a participé aux rencontres milanaises et relayé son expérience

| mardi 12 octobre 2021

Rania Shakhtoura - "Akhbar Al Yawm"

Bien que la principale préoccupation des dirigeants mondiaux en politique, étendre leur influence et mettre la main sur les richesses du monde... La véritable préoccupation qui menace le monde est le phénomène du changement climatique qui affecte le globe, car des dommages seront causés aux logements les collectivités, les infrastructures, les systèmes environnementaux et les secteurs économiques.

Dans ce contexte, le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, a averti en avril dernier que Mère Nature ne peut pas attendre, car la dernière décennie a été la plus chaude de tous les temps, soulignant que les dirigeants du monde entier doivent prendre des mesures. Bien que 6 ans se soient écoulés depuis l'accord sur le climat conclu à Paris en 2015 pour faire face au changement climatique, aucune mesure réelle n'a été enregistrée à ce niveau, ce dont discutent les sommets des cops depuis des années, et en attendant ce qui sera publié par le sommet. qui se tiendra également le mois prochain à Glasgow. L'événement « Youth for Climate » s'est tenu en préparation du sommet de Milan, en Italie, du 27 au 29 septembre dernier sous le titre « Renforcer l'ambition », qui est une initiative de la société civile qui rassemble de jeunes militants du monde entier, entre âgés de 18 à 29 ans, qui ont participé à des groupes de travail et à l'élaboration de propositions sur la réduction des émissions. qui seront discutés par les ministres lors des réunions précédant la COP 26.

Durant ces trois jours, des "représentants de la relève" ont tenté de faire entendre leur voix en exprimant leurs craintes face à ce qu'ils appellent "la misère climatique". Sur 9 000 jeunes candidats, les Nations Unies ont choisi 400 jeunes de 197 pays - dont le Liban - pour assister à l'événement à Milan, leur offrant une plate-forme pour exprimer leurs points de vue sur la crise climatique et le manque d'action pour y faire face, en en plus de soulever plusieurs problèmes liés à la promotion de la sensibilisation et de la participation des jeunes. En protégeant l'avenir de la "Terre".

Les avis étaient partagés entre ceux qui trouvaient que leur voix était entendue et l'espoir demeurait dans la mise en œuvre et ceux qui estimaient que leur cri était inutile, et ont manifesté devant le siège de la conférence, critiquant la performance des grands pays. Alors, la question demeure : le sommet de Glasgow au début du mois prochain sera-t-il un moment décisif dans la détermination des ambitions pour la prochaine décennie ?!

Quant à la question au niveau interne : Où est le Liban face aux défis climatiques ?! On sait que les circonstances actuelles appellent à la fréquentation de divers clubs internationaux et internationaux pour en bénéficier, et il a donc été décidé que le Premier ministre Najib Mikati dirigerait la délégation libanaise à cette conférence à la place du Président de la République. Mais d'où vient le Liban de participer à la réunion préparatoire ?

Elle a représenté le Liban, à travers la jeune femme, Elsy Milan, qui a parlé de son expérience, expliquant que la conférence préparatoire portait sur la manière de passer du pétrole aux énergies renouvelables, et c'était l'occasion de présenter la réalité de la situation dont souffre le Liban. , où bref, "il n'y a pas d'énergie" de toutes sortes. Cependant, il doit être investi dans le gaz, qui jouera un rôle important à l'avenir. Des champs prometteurs ont été découverts dans ses eaux territoriales, espérant réussir à extraire cette matière vitale malgré les faibles chances, notamment sur les plans logistiques et politiques qui l'entourent.

Les réunions préparatoires, selon Milan, ont également abordé le rôle des femmes et leur participation à la vie politique et économique, et là aussi il n'y a rien de mal à cela, car la présence des femmes au pouvoir ne dépasse pas 6 %, sachant que le la transition vers les énergies renouvelables présuppose la coopération de tous les éléments de la société, et les femmes peuvent être au premier plan.

Concernant ses impressions sur cette participation, Milan souligne que le Liban, comme la plupart des pays du sud, qui a enregistré une absence au niveau officiel, à l'exception des Emirats Arabes Unis, qui traverse une période de prospérité, peut-être la plus les pays prospèrent, plus ils donnent la priorité aux énergies renouvelables, alors que les crises et les problèmes peuvent empêcher la fourniture de cette priorité sur les autres.

Dans ce contexte, il fallait faire passer un message aux pays du Nord sur la nécessité d'aider leurs homologues du Sud à évoluer vers des modèles propres, respectueux de l'environnement et sains.

Le forum des activités de « promotion de l'ambition » ayant constitué une occasion pour Milan de parler de l'amère réalité de son pays, il a choisi de présenter aux participants de différents pays du monde le dilemme de l'épuisement des « ressources naturelles », et la meilleure preuve pour les incendies qui dévorent chaque année les vieilles forêts sans aucune intention d'affrontement, Alors que sa reconstruction et sa croissance prennent de nombreuses années, et ici il n'est pas nécessaire de parler de l'explosion sismique du port de Beyrouth, qui a eu des répercussions dans tous les pays du monde. Quant aux autorités libanaises, seule voix des promesses qui ne sont pas tenues, et donc face aux promesses répétées, que ce soit dans le dossier du port ou autre, la jeunesse libanaise s'est retrouvée devant un mur sans issue que toutes les protestations n'a pas réussi à se briser, alors l'espoir d'émigration est devenu...
A l'heure où les jeunes cherchent à réaliser leurs rêves hors des frontières, on retrouve des hommes au pouvoir au Liban à l'âge de la retraite sans ouvrir la voie à de nouvelles expériences et de jeunes idées.

Milan, comme les jeunes participants des pays en développement et du Sud, a recommandé aux grands pays que s'ils veulent aider les pauvres, ils ne devraient pas accorder de prêts qui arrangent les dettes à payer par les générations futures, il vaut donc mieux faire des dons sur le condition de contrôle et de transparence dans la gestion de tout projet.

Rejoignez la chaîne YouTube maintenant, Cliquez ici


Suite News

Actualité à la Une

Exclusive