Le mandat d'arrêt de Ghada Aoun contre Salameh est une nouvelle cible pour le président libanais !

Le mandat d'arrêt de Ghada Aoun contre Salameh est une nouvelle cible pour le président libanais !

| mardi 11 janvier 2022

Akhbar Al Yawm

Comme si le procureur général du Mont-Liban, la juge Ghada Aoun, insistait pour envenimer les crises dans le pays, et ici, elle essaie de recommencer à jouer des "rôles vedettes" dans des jeux de rôle, alors elle a émis un mandat d'arrêt interdisant les voyages par voie maritime, terrestre , et diffusé contre le gouverneur de la Banque du Liban, Riad Salameh sur la base de la plainte déposée par la direction juridique du groupe « The People Want Reform the System » représenté par les avocats Haitham Azzoh et Pierre Gemayel.

Des sources juridiques se moquent du mémorandum du juge Aoun, qui n'a aucune valeur juridique, un mémorandum selon lequel ce mémorandum n'est pas le premier du genre publié par Aoun, et plusieurs mémos similaires ont déjà été abandonnés, que le juge Aoun fabrique chaque fois qu'elle cherche à retourner au dans les médias, sans aucune justification légale.

Les sources demandent : Comment un procureur peut-il émettre un mémorandum d'interdiction de voyager pour une personne sur le site du gouverneur de la Banque du Liban et avec son rôle clé et pivot dans toutes les négociations financières menées par le Liban ? Comment la juge Aoun elle-même peut-elle tweeter à plusieurs reprises que Riad Salama est poursuivi et recherché dans les pays européens et revient ensuite pour essayer de l'empêcher de voyager au lieu de faciliter son voyage s'il est recherché ?

Les sources soulignent que l'émission du mémorandum d'interdiction de voyager à un moment où le Premier ministre Najib Mikati rencontrait le ministre des Finances Yousef Khalil et le gouverneur de la Banque centrale révèle la réalité d'intentions politiques qui sont loin des fondements juridiques, ce qui rend ce Ces mémorandums s'inscrivent dans le cadre des pressions politiques du président général Michel Aoun et de son équipe sur le Premier ministre pour pousser à une session du conseil des ministres malgré la décision de la composante chiite de la province.

Des sources judiciaires regrettent que le procureur général du Mont Liban soit un outil à usage politique chaque fois que nécessaire, notamment pour atteindre le niveau de délivrance d'un mandat d'arrêt basé sur un cas suspect d'un groupe suspect qui est à chaque fois harnaché pour des usages suspects à son tour !

Les sources judiciaires concluent en soulignant que le sort de ce mémorandum sera semblable à celui de ses prédécesseurs en termes d'invalidation une fois que le gouverneur central aura mandaté son avocat pour soumettre son objection.

Rejoignez la chaîne YouTube maintenant, Cliquez ici


Actualité à la Une

Exclusive