Crise de l'électricité... Abi Haidar: une politique claire pour contrôler le secteur

Crise de l'électricité... Abi Haidar: une politique claire pour contrôler le secteur

| mercredi 25 mai 2022

Omar al-Rassi, Agence “Akhbar al-Yawm”

Le Liban n'a pas besoin de trois usines et n'a pas actuellement la capacité d'exploiter celles existantes

L'épisode d'aujourd'hui "Kalam Mawzoon" a mis en évidence la crise de l'électricité, qui est l'une des facettes de l'effondrement.

L'experte en droit de l'énergie Christina Abi Haidar a expliqué que depuis 2002, lorsque la loi sur la réglementation du secteur de l'électricité a été adoptée - c'est- à-dire sur une période de plus d'une décennie- elle n'a pas été appliquée pendant tout ce temps, et c'est un indicateur clé que tous les partis politiques n'avaient pas l'intention de sécuriser l'électricité, considérant qu'il existe une politique claire pour contrôler le secteur.

Notant qu'aucun pays ne dépend d'une seule source d'énergie, elle a souligné qu'en septembre, le contrat avec l'Irak prend fin.

Dans un contexte connexe, Abi Haidar a déclaré que depuis 1930, le Liban dépend des énergies renouvelables et que depuis lors, des centrales hydroélectriques ont été créées, mais qu'il n'y a pas eu de développement.

En réponse à une question, Abi Haidar a estimé qu'il n'y avait pas de solution sauf à briser les monopoles, de sorte que le secteur privé vende le secteur privé sans passer par l'intermédiaire c'est-à-dire EDL, donc la loi sur l'énergie solaire renouvelable doit être approuvée mais dans sa version originale, ce qui indique l'absence du ministère de l'énergie, mais cette version a été modifiée car le ministère est devenu un élément clé.

Elle a souligné que tous les éléments existent s'il y a une volonté politique, considérant que le Liban n'a pas besoin de construire trois usines et qu'il n'est actuellement pas en mesure d'exploiter celles existantes.

Elle a souligné que la communauté internationale ne peut pas aider le Liban sans de véritables réformes, et la première étape réside dans la mise en œuvre de la loi 462/2002 sans amendement, et la nomination de l'organe directeur du secteur .

Rejoignez la chaîne YouTube maintenant, Cliquez ici


Exclusive