La dollarisation frappe aux portes de tous les secteurs..

La dollarisation frappe aux portes de tous les secteurs..

| vendredi 10 juin 2022

  Carol Salloum, Akhbar Al Yawm

Ce n'est pas en vain que les analyses émises par les experts appellent ceux qui ont des dollars à les garder. Il est vraisemblable que le taux de change est sujet à changement, mais en fait, le maintien de la monnaie verte peut être dû à la dollarisation de secteurs, comme c'est le cas aujourd'hui et contrairement à toutes les lois. Tout est tarifé en dollars, à l'exception des magasins d'alimentation, mais cela n'empêche pas la dollarisation de leurs biens et approvisionnements par la suite..

Il est compréhensible que le tourisme libanais s'épanouisse au prix du dollar et que le secteur du tourisme gagne en saison estivale, mais ce qui n'est pas compris, c'est la tendance des autres secteurs à adopter le dollar dans le cadre commercial ou autre. Pourquoi la surprise ? Tout est disponible tant que le pays est en plein effondrement.

Pour ceux qui ne connaissent pas le sens de la dollarisation il s'agit d'un concept utilisé lorsqu'un pays s'appuie officiellement sur le dollar américain  au lieu de sa monnaie nationale.

La dollarisation se produit, selon une étude de l'Université de Harvard, lorsque la banque centrale du pays est faible ou que son économie n'est pas stable, de sorte que le pays recourt à l'adoption d'une monnaie internationale comme monnaie officielle dans les transactions financières pour préserver l'économie des cas d'hyperinflation.

"Cachez votre dollar vert pour votre journée noire", dit Siham A. à Akhbar. Elle, en tant qu'employée,  a recours à la conversion de son salaire en dollars, non pas pour profiter des fluctuations des taux de change, mais parce que la plupart de ce qu'elle achète est libellée en dollars. Elle demande : Comment cela est-il devenu disponible dans un pays dont les employés reçoivent leurs salaires en livres libanaises, et lors de la conversion de ce salaire en dollars, cela ne vaut presque rien.

Siham appelle les propriétaires d'entreprises qui paient encore dans le national monnaie pour donner une somme forfaitaire en dollars pour répondre à certains besoins de base.

Depuis que le secrétaire général des Écoles catholiques, le père Youssef Nasr, a annoncé que les écoles privées recevront une partie des primes en dollars, Josiane  raconte que le montant requis pour chaque élève varie entre 400 et 500 dollars en plus de la tranche libanaise. Elle dit qu'elle s'est déjà empressée d'hypothéquer son or afin qu'elle puisse achever l'éducation de ses deux fils, d'autant plus qu'ils sont dans des classes avancées et ne peuvent pas les transférer dans une école publique.

Elle ajoute : « Je comprends les demandes des enseignants, mais quelle est la raison de cette quantité demandée ? Est-ce que le matériel utilisé dans toutes les écoles vient de l'étranger ?

Concernant le dossier de la dollarisation, des observateurs disent à l'agence « Akhbar Al-Yawm » qu'il faut agir pour imposer l'équilibre, et non pour exploiter l'application de la dollarisation et ne pas la généraliser sauf dans les secteurs qui nécessitent de traiter avec le dollar. Ils soulignent que les exceptions au Liban sont toujours appliquées de manière arbitraire ou incorrecte, et que la mise en œuvre de la dollarisation fait son chemin et qu'il est probable qu'elle sera mise en œuvre partiellement, comme en Argentine, ou complètement, comme en Équateur et au Salvador.

Face à ce constat, le Libanais doit continuer à échanger ce qu'il possède contre quelques dollars pour sa nourriture et ses boissons, et si possible, contre ce qu'il considère comme prioritaire.

Rejoignez la chaîne YouTube maintenant, Cliquez ici


Suite News

Actualité à la Une

Exclusive