Gouvernement d'unité nationale... Pourquoi Berri s'en tient-il?

Gouvernement d'unité nationale... Pourquoi Berri s'en tient-il?

| mardi 21 juin 2022

...

Omar Al-Rasi - "Akhbar Al Yawm"

Malgré les demandes internationales, qui se répètent-à chaque échéance - pour accélérer le processus de nomination d'un nouveau président et de formation d'un gouvernement pour sauver le Liban de sa calamité, l'étape est ouverte à diverses possibilités, et rien n'est décidé avant jeudi prochain, en attendant le résultat de consultations parlementaires contraignantes, sachant qu'une série de questions n'ont pas encore de réponses, notamment: le nom du prochain Premier Ministre, la forme du gouvernement et la nature de ses ministres, son programme...

A l'heure où les forces parlementaires semblent dispersées, le Président de la Chambre des Représentants Nabih Berri appelle à la formation d'un gouvernement d'union nationale.

Dans ce contexte, le député du bloc de Libération et de aaDéveloppement Kassem Hachem,  a estimé via Akhbar Al Yawm que nous traversons des circonstances exceptionnelles, et que la formation du nouveau gouvernement n'est donc pas un sujet ordinaire, comme si nous étions dans une circonstance naturelle, et il ne peut être traité qu'en fonction de l'exactitude du stade et de l'évolution des défis.

Il a ajouté: d'où l'importance du prochain gouvernement, qui a de grandes tâches et sera devant le droit présidentiel, car la possibilité d'un vide présidentiel est possible, ce qui nécessite que le gouvernement soit responsable et capable d'assumer des tâches doubles si nous atteignons ce vide.

Il a demandé: Sommes-nous confrontés à un problème d'affectation ou de paternité Il a répondu: devant les deux au même niveau, même la personnalité qui sera assignée à construire afin de déterminer la forme de gouvernement et sa capacité à diriger la scène, soulignant qu'aujourd'hui nous avons le plus besoin d'expérience et d'expérience, nous ne vivons pas le luxe du temps car nous ne sommes pas un champ expérimental dans cette circonstance anormale, réitérant que nous sommes dans une étape très délicate qui nécessite plus de responsabilités que d'habitude.

Ainsi, Hachem a poursuivi: Le président de la Chambre des représentants Nabih Berri appelle à un gouvernement d'union nationale, rappelant que c'était également l'objectif lorsque le président Najib Mikati composait son gouvernement actuel, mais que certains à l'époque considéraient en être en dehors. Il a souligné qu'au stade des crises de sauvetage, toutes les forces sont responsables sans exception, et il n'est pas permis de dire: telle ou telle équipe seule devrait porter la responsabilité, ou choisir une équipe pour s'y soustraire, avertissement: le pays aujourd'hui ne porte pas une équipe dirigeante.

Et qu'en est-il de la démocratie, Il a répondu: Oui, le jeu démocratique suit son cours en période normale, mais nous sommes dans un pays exceptionnel et une composition exceptionnelle, et il est nécessaire de conjuguer les efforts dans un gouvernement d'unité nationale.

Mais les gouvernements d'unité ont toujours ancré les quotas Hachem a dit: s'il y a un consensus entre toutes les parties, un gouvernement sera formé, ni de cette couleur ni de cela, répétant: Nous devons d'abord nous mettre d'accord sur le programme du gouvernement et son plan de travail, mais les qualités du gouvernement seront dans la deuxième étape.

Nous sommes peut-être confrontés à un gouvernement de courte durée ou à un gouvernement à long terme dont la responsabilité est de gérer le vide présidentiel... Le problème est que nous ne savons pas où va le pays.

Rejoignez la chaîne YouTube maintenant, Cliquez ici


Suite News

Actualité à la Une

Exclusive