Syriens déplacés... Qu'en est-il de l'investissement physique et du financement de la réintégration ?

Syriens déplacés... Qu'en est-il de l'investissement physique et du financement de la réintégration ?

| mardi 21 juin 2022

Anton El Fata - Akhbar Al Yawm

La mise en œuvre ferme des lois libanaises pour le retour des Syriens déplacés en Syrie est nécessaire, importante et vitale. Mais cela perd beaucoup de sa valeur quand on le dit dans un pays qui n'applique pas ses lois "fermement" à lui-même d'abord, ni à ses fichiers internes, au profit de son peuple, notamment dans ceux qui exigent la fin des voleurs , monopoleurs et corrompus...


Pour en revenir à la question du déplacement syrien, et conformément à la nécessité de mettre les pays occidentaux en général devant leurs responsabilités dans ce dossier, il convient de s'interroger sur la mesure dans laquelle le Liban peut bénéficier du développement des relations russo-arabes, récemment , et plus que ces dernières années, et ses répercussions sur ce dossier.

La Russie a intérêt à mener le dossier syrien vers des « dénouements heureux », à tous égards. Que certains veuillent écouter ce que nous allons dire dans ce contexte, ou pas, tous les pays arabes sont également obligés de trouver une solution à la question du déplacement syrien et à l'aspect « financier » qui y est lié, car la Syrie est un pays arabe. .

Cela s'ajoute au fait que plusieurs parties régionales ont participé à la guerre syrienne, au financement et à l'armement, et pas seulement au niveau de l'engagement dans des opérations de combat direct. C'est ce qui devrait obliger toutes ces personnes, quels que soient leur type et leur niveau de participation au "feu syrien", à travailler pour "récupérer" les effets du feu syrien, pas seulement l'Occident.

Une source politique a confirmé qu'"il existe des obstacles occidentaux et américains qui empêchent le retour des Syriens déplacés du Liban, et des pays qui les accueillent, vers la Syrie. La principale raison est politique, liée à la vision occidentale de l'avenir politique à Damas, le rôle du gouvernement syrien, la constitution syrienne et la manière dont l'opposition syrienne participe à la gouvernance." Après s'être mis d'accord sur la constitution.

Dans une interview accordée à Akhbar Al Yawm, il a indiqué que "l'Occident insiste pour les maintenir au Liban, et dans d'autres pays de déplacement, malgré la très grande pression économique, financière, sécuritaire et sociale qu'ils engendrent, notamment au Liban". nous constatons que la position politique libanaise est unie sur ce point." Le niveau, qui est la nécessité de leur retour, d'autant plus que les responsables libanais ont entendu à Bruxelles parler qu'ils devaient être assimilés à la société libanaise et s'y intégrer. C'est la preuve qu'il n'y a pas de décision occidentale concernant leur retour dans leur pays.

La source a souligné que "les renvoyer en Syrie nécessite des investissements financiers, bien sûr, et des financements pour la reconstruction. Les pays arabes peuvent y contribuer. Mais nous espérons que le développement des relations ne se limite pas à la ligne des pays arabes - la Russie uniquement , mais comprend également les pays arabes - la Syrie." Aussi, pour que les pays arabes reconsidèrent leurs relations avec Damas, plus les relations progressent à ces niveaux, plus le retour des déplacés sera rapide, en accord avec la Russie et l'Occident."

Concernant l'avenir des relations de la Russie avec les pays de la région, il a ajouté : « Moscou a présenté il y a environ deux ans une initiative de sécurité pour la région du Golfe, à laquelle les États du Golfe et l'Iran participent ensemble, car ils ne peuvent pas être séparés géographiquement, ni en termes d'intérêts communs en mer et au niveau des corridors pétroliers.

Il a conclu : "Mais malheureusement, cette initiative russe n'a pas été acceptée par les Etats du Golfe, ni par les pays de l'Otan, notamment avec la volonté occidentale de maintenir la Russie et l'Iran en dehors de tout cadre de coopération avec les Etats du Golfe, avant de signer un accord nucléaire avec Téhéran et mettre fin à la guerre au Yémen, à la guerre syrienne et attendre le développement des voies de paix Golfe-Israël.

Rejoignez la chaîne YouTube maintenant, Cliquez ici


Suite News

Actualité à la Une

Exclusive