Source du CPL: La prolongation du mandat d'Aoun est l'abrogation de la Constitution

Source du CPL: La prolongation du mandat d'Aoun est l'abrogation de la Constitution

Rania Chakhtoura | jeudi 16 novembre 2023

Les forces internes ayant des liens externes souhaitent prolonger le mandat du commandant en chef de l'armée

Contrairement à ce qui prévaut depuis hier, lorsqu'une réunion du Conseil des ministres a été annoncée pour discuter d'un ordre du jour reporté de la réunion précédente, qui était prévue mardi et n'a pas encore eu lieu, ce qui a laissé l'impression qu'il y a une solution sur le dossier du report de la retraite du commandant en chef de l'armée, le général Joseph Aoun, mais le conseil n'a pas abordé le dossier, le président Najib Mikati ayant réaffirmé que le gouvernement "ne sera pas un champ de bataille pour régler des comptes personnels ou des différends individuels au détriment du bien public".

Il a déclaré: "Certains tentent de ramener le gouvernement dans des discussions qui semblent constitutionnelles, ipolitiques et qui sont intérieurement perturbatrices et exclusives. Mais nous sommes déterminés à poursuivre notre travail, en nous éloignant des débats stériles dont les Libanais sont fatigués, en soulignant que le gouvernement travaille en fonction de ce qu’il juge approprié et non en fonction des agendas que certains tentent d’imposer sur les droits fondamentaux à ce stade crucial. Dans tous les cas, toute décision que nous prendrons pour un droit imminent sera basée principalement sur l’intérêt de la patrie et la priorité de fortifier les institutions à ce stade délicat".

Sur la base de ce qui précède, il semble qu'il n'y ait pas encore de solution à la question du commandement de l'armée, d'autant plus que le CPL est toujours à sa position et que le Hezbollah n'a pas encore annoncé la position décisive, ni positivement ni négativement.

Une source du Courant Patriotique Libre estime qu'il existe des forces internes qui ont des liens externes qui souhaitent prolonger le mandat du commandant en chef de l'armée, et critique le titre "préserver et protéger l'institution", dont l'objectif principal est de maintenir le général Aoun au pouvoir car il existe un "accord politique" entre les forces soutenant la prolongation et Aoun, sur la base que son maintien au commandement le maintient candidat à la présidence.

La source souligne que le CPL est contre l'extension dans n'importe quel centre de l'Etat, rappelant la position du député Gebran Bassil en 2013, qui avait rejeté l'extension du Général Jean Kahwaji à l'époque, et était contre l'extension du gouverneur de la Banque du Liban Riad Salameh et Directeur Général de la Sûreté Générale Abbas Ibrahim. Elle ajoute: Que la prolongation ait lieu ou non, l'élection d'Aoun nécessite une modification constitutionnelle de l'article 49, qui stipule que " les fonctionnaires de la première catégorie ou son équivalent dans toutes les administrations publiques, établissements publics et toute autre personne morale de droit public ne peuvent être élus au cours de l’exercice de leur fonction et durant les deux années qui suivent la date de leur démission et de la cessation effective de l’exercice de leur fonction ou de la date de leur mise à la retraite".

Mais la prolongation de Salameh en 2017 a été approuvée par le président Michel Aoun. La source explique: il existe une différence entre la prolongation après renvoi à la retraite et la prolongation à la fin du mandat, où la durée du mandat du commandant en chef de l'armée est déterminée par renvoi à la retraite et non nommée pour une certaine période.

La source affirme que la position du CPL est claire et refuse de violer la Constitution, considérant que ce qui se passe est l'abrogation de la Constitution.

La source estime qu'il n'est pas permis de lier une institution à une seule personne, soulignant qu'une période de 55 jours est séparée de la date de la retraite d'Aoun, donc pendant cette période, l'effort doit être concentré sur l'élection d'un président consensuel autour duquel les Libanais sont d'accord, puis les choses suivront leur cours constitutionnel.

Rejoignez la chaîne YouTube maintenant, Cliquez ici

Akhbar Al Yawm

Suite News

Actualité à la Une

Exclusive