Un dirigeant de la restructuration d’Alvarez & Marsal détenu aux Émirats arabes unis

Un dirigeant de la restructuration d’Alvarez & Marsal détenu aux Émirats arabes unis

| mardi 16 janvier 2024

Un dirigeant du cabinet de conseil Alvarez & Marsal a été arrêté aux Émirats arabes unis alors qu'il travaillait à la restructuration d'une société cotée au Nasdaq accusée de fraude par les autorités américaines le mois dernier, selon des personnes proches du dossier.

Guy Wall, directeur général du cabinet de restructuration d'A&M à Dubaï, est devenu le mois dernier directeur de Brooge Energy Limited, une société de stockage de pétrole des Émirats Arabes Unis qui était en proie à des défaillances en matière d'information financière depuis sa cotation à New York en 2019.

Wall et un collègue sont devenus administrateurs après qu’A&M ait été nommé en novembre par un tribunal des îles Caïmans pour superviser la liquidation de BPGIC Holdings, la société holding qui est l’actionnaire majoritaire de Brooge.

Le tribunal a nommé A&M comme liquidateurs à la suite d’une action en justice couronnée de succès concernant des dettes impayées de la société d’investissement basée à Bahreïn, Asma Capital.

Wall a été arrêté ce mois-ci par les autorités des Émirats arabes unis, ont indiqué les sources, alors qu’il était en train d’élaborer un plan pour stabiliser Brooge après les accusations de fraude de la Securities and Exchange Commission des États-Unis.

Ils ont ajouté que Wall avait été détenu en prison à Fujairah, l’émirat où sont basés les pétroliers de Brooge, avant d’être libéré. Wall a été arrêté pour avoir prétendument tenté de retirer des documents des bureaux de Brooge à Fujairah sans autorisation, ont ajouté les sources.

A&M a refusé de commenter. Wall n’a pas répondu aux demandes de commentaires. Un avocat de Brooge a refusé de commenter la publication.

Un représentant de la police de Fujairah a déclaré qu’ils « ne peuvent pas partager d’informations personnelles sur les personnes détenues dans notre prison ». Le gouvernement des Émirats arabes unis n’a fourni aucun commentaire au moment de la publication.

Brooge faisait partie d’une vague de sociétés qui ont capitalisé sur l’appétit des investisseurs pour les sociétés d’acquisition spéciales et était valorisée à plus d’un milliard de dollars lors de son introduction en bourse.

L’entreprise bénéficiait du soutien d’investisseurs du Moyen-Orient, dont le cheikh Mohammed bin Khalifa bin Zayed Al Nahyan, le fils de l’ancien président des Émirats arabes unis, décédé en 2022.

Le cheikh détenait une participation minoritaire dans Brooge grâce à sa participation de 24 pour cent dans BPGIC Holdings. L’homme d’affaires Salman Dawood Salman al-Ameri était l’actionnaire majoritaire de BPGIC Holdings.

Cependant, leurs participations devaient en fait leur être retirées lorsque Wall et son collègue dirigeant d’A&M, Alexander Lawson, ont été nommés liquidateurs de BPGIC Holdings.

A&M est une société de conseil et de restructuration basée aux États-Unis qui a considérablement étendu ses opérations internationales, notamment au Moyen-Orient ces dernières années, concurrençant ainsi les sociétés de conseil mondiales telles que les groupes de services professionnels Big Four. Elle emploie environ 8 500 personnes dans le monde.

Le 22 décembre, la SEC a accusé Brooge et deux de ses anciens dirigeants de fraude après avoir découvert que la société avait « créé de fausses factures pour gonfler les revenus de ses installations pétrolières de Fujairah, aux Émirats arabes unis, de plus de 70 millions de dollars sur trois ans ».

Brooge, qui n’a ni admis ni nié les accusations de la SEC, a accepté de payer une amende de 5 millions de dollars.

L’enquête du régulateur s’est concentrée sur une partie liée appelée Al Brooge International Advisory (BIA), qui, selon elle, « n’avait aucune activité commerciale significative en dehors de sa participation aux fausses déclarations de revenus associées à [Brooge Energy]».

EY et PwC ont démissionné de leur poste d’auditeurs de Brooge depuis que la société est devenue publique. PwC a démissionné en décembre 2022, invoquant des « désaccords » sur des questions comptables avec l’entreprise.

Brooge a remplacé PwC par le cabinet comptable Affiniax AAS Auditors, basé aux Émirats arabes unis. L’année dernière, Affiniax AAS a reclassé 74 millions de dollars de fonds reçus de BIA entre 2018 et 2020 qui avaient été précédemment comptabilisés en revenus comme passif. Cela signifiait que les comptes montraient que Brooge devait cet argent à BIA.

Cinq jours après que la SEC a annoncé ses accusations, Brooge a déclaré que sa principale filiale avait reçu « une ordonnance d’un tribunal des Émirats arabes unis à la suite d’une affaire portée par Brooge International Advisory ». Elle a ajouté que son conseiller juridique avait déterminé que cela ne devrait pas avoir d’impact sur les « opérations en cours » de Brooge.

BIA n’a pas répondu aux demandes de commentaires.

Rejoignez la chaîne YouTube maintenant, Cliquez ici


Suite News

Actualité à la Une

Exclusive