Pour ces raisons, la "Modération Nationale" poursuit son initiative, malgré la position de Berri…

Pour ces raisons, la "Modération Nationale" poursuit son initiative, malgré la position de Berri…

Carole Salloum | lundi 11 mars 2024

Carole Salloum, agence “Akhbar al-Yawm”

Ne pas être trop optimiste jusqu'à ce que la première étape se produise

Dès que le président de la Chambre des représentants Nabih Berri a confirmé dans un communiqué de presse qu'il présiderait le dialogue sur le dossier présidentiel sur la base de l'initiative du bloc de la Modération Nationale, il est devenu logique de s'interroger sur sa réalité.

La proposition de la Modération Nationale reste en place, le concept de consultation signifie dialogue. De ce point de vue, les partisans de l'initiative peuvent se retrouver devant la poursuite de celle-ci à condition que les cycles successifs de cette initiative soient achevés. Le problème est d'assurer la présence des blocs pour assurer le quorum constitutionnel afin de discuter des noms.

Dans ce contexte, des sources parlementaires soulignent, via l'agence "Akhbar al-Yawm", que l'effort est toujours le même et qu'il n'est pas temps de dire qu'il est irrémédiablement terminé, surtout que les contacts de ses députés se poursuivent dans le cadre de travaux visant à rassurer sur le fait que l'objectif n'est pas d'élire une certaine personnalité ou de l'imposer. En ce qui concerne la question du dialogue, qui est au centre des préoccupations des forces de l'opposition, le président Berri a confirmé que cette question se fait sans conditions préalables, et signale qu'il y a une responsabilité devant les députés de prolonger la vacance, d'y mettre fin ou de donner une opportunité à cet effort.

Ces sources considèrent que le soutien à l'initiative de la part des ambassadeurs du groupe des Cinq est basé sur la volonté de compléter le droit présidentiel, affirmant que les garanties exigées d'un certain nombre de parties sont des garanties liées à la session électorale et de ne pas modifier le contenu de la consultation ou discuter de tout autre point à l'exception de la présidence.

Les mêmes sources soulignent que cet effort -s'il réussit-ouvrira la voie à l'achèvement des élections présidentielles, mais sur la base de ne pas être trop optimiste jusqu'à ce que la première étape se produise. Elles confirment que le travail est en cours pour son succès et qu'il est nécessaire de le couvrir et d'arrêter de le "diaboliser" par certains.

 

Rejoignez la chaîne YouTube maintenant, Cliquez ici

Akhbar Al Yawm