La plus terrible guerre, un silence retentissant

La plus terrible guerre, un silence retentissant

Reine Breidi | mercredi 29 mai 2024

Reine Breidi, agence "Akhbar al-Yawm"

Les Gazaouis enseignent au monde la résistance pour préserver la terre et l'identité

Une guerre qui ne ressemble pas à ses prédécesseurs, 234 jours et les médias diffusent toujours les massacres et événements les plus odieux et violents documentés de l'histoire, qui s'aggravent de jour en jour dans un silence mondial retentissant, dont le dernier était "jusqu'à l'heure" le massacre de Rafah, ou un nouvel "Holocauste": 45 martyrs, dont des enfants dont la tête a été séparée de leur corps, des corps calcinés et d'autres sont toujours sous les décombres et dans les rues, selon le rapport du ministère de la Santé à Gaza.

La guerre a commencé le 7 octobre 2023. Chaque jour qui passe, les bombardements s'intensifient, la douleur des scènes terrifiantes augmente, mais les habitants de Gaza grandissent en foi et en patience, possédant un pouvoir que l'esprit humain ne peut expliquer ou comprendre, malgré le silence honteux du monde.

La famine et la destruction, l'absence quasi totale d'eau, de nourriture et de médicaments, quant à l'aide, elle est quasi inexistante, sans parler des chirurgies sans anesthésie, rien qu'imaginer ces scènes est terrifiant, mais c'est la réalité pour les habitants de Gaza.

Face à cette réalité, je me demande chaque matin: "Comment pouvons-nous avoir une vie normale?" Nous nous réveillons en sécurité dans nos chambres, nous avons de l'eau et de la nourriture, et une petite famille nous entoure! Comment pouvons-nous vivre une vie normale sur la même terre, sous le même ciel, et les Habitants de Gaza sont confrontés à un crime de guerre qui est le plus odieux de l'histoire?!

Je regarde le visage innocent de ma fille, et ma mémoire me ramène directement à cette mère qui tenait son bébé et disait: "Je ne veux pas la mettre à la morgue", et comment une mère peut-elle supporter qu'ils aient mis son bébé à la morgue!!

Je n'ai pas pu voyager dans mon pays le Liban cette année, ma mère et ma famille me manquent, et cela m'a rendu triste parfois, mais ma mémoire me ramène directement à cette enfant qui connaissait le corps de sa mère à travers ses cheveux, quand elle a dit "c'est ma mère, je la connais par ses cheveux", puis j'ai honte de moi devant leur chagrin; je ne pouvais pas voir ma mère, mais je suis rassurée qu'elle va bien et je peux entendre sa voix quand je veux.

Il n'est plus possible que la vie redevienne ce qu'elle était avant la guerre de Gaza, les Gazaouis nous apprennent quotidiennement avec leur fermeté face à leurs malheurs que les choses les plus simples qui nous entourent sont une grande grâce, mais pour eux c'est devenu un souhait. Ils sont les affligés, enseignant quotidiennement au monde le sens de la patience, de la résistance à la préservation de la Terre et de l'identité. Les enfants de Gaza nous ont appris que nous sommes les impuissants et qu'ils sont les résistants inébranlables, qui ne déviennent pas de leurs constantes jusqu'à la victoire ou le martyre, bien qu'ils aient été abandonnés par le monde entier.

Rejoignez la chaîne YouTube maintenant, Cliquez ici

Akhbar Al Yawm

Suite News

Actualité à la Une

Exclusive