Deux ans se sont écoulés depuis le 17 Octobre et "Tous, ça veut dire tous" persistent

Deux ans se sont écoulés depuis le 17 Octobre et "Tous, ça veut dire tous" persistent

| mardi 12 octobre 2021

Rania Shakhtoura, agence "Akhbar al-Yawm"

Deux ans se sont écoulés depuis le "17 octobre"... Deux ans après le début de l'effondrement financier et économique, alors que le changement souhaité ou les slogans soulevés par les "manifestants" de l'époque n'ont pas été atteints, mais que le slogan de faire tomber "Tous, ça veut dire tous" s'est transformé en la persistance de "Tous, ça veut dire tous", les parties ont adhéré au pouvoir, aux centres et aux positions... Les manifestants se sont retirés des rues.

Et en évaluant les deux dernières années, où est la révolution? Assume-t-elle la responsabilité de l'effondrement? Quelqu'un a-t-il poussé ou planifié ces mouvements pour que toute la structure puisse s'effondrer?

Selon un observateur politique, au cours des dernières années, tous les facteurs qui poussent un peuple à la révolution et au soulèvement contre la réalité de la situation, à la rébellion et à l'insurrection se sont rassemblés, sans qu'il soit nécessaire d'intervenir politiquement de l'étranger, soit directement des pays, soit par l'intermédiaire de leurs ambassades. Les crises étaient évidentes de la situation politique à la situation socio-économique, l'absence de toute perspective sur le sort des générations, les taux de migration élevés, la faiblesse de l'État, la présence des armes du Hezbollah, l'échec de toutes les instances de dialogue... Mais il y a plusieurs éléments qui sont entrés successivement sur la ligne.

Notant que les mouvements ne visaient pas à frapper l'économie libanaise ou la devise, la référence a déclaré que dans les semaines précédant la révolution populaire, il y avait des mouvements sur le terrain et le Hezbollah était derrière ceux-ci en réponse aux sanctions américaines contre lui.

Il a souligné que les mouvements du 17 octobre étaient initialement innocents et transparents, auxquels participaient les jeunes, les familles, les étudiants, les enfants, les hommes et les femmes, et dans la deuxième phase ont rejoint les associations de la société civile, pour entrer dans la troisième phase les parties du 14 mars précédemment.

La source a poursuivi: “c'est là que le jeu politique a commencé et le rôle des ambassades qui ont financé le mouvement populaire par le biais d'associations, et ainsi la révolution a commencé à perdre son innocence, malgré le fait que tout ce que j'ai avancé est vrai et n'a rien à voir avec les pays étrangers”.. Considérant que les ambassades ne sont pas entrées dans le soulèvement populaire pour lui imposer des exigences, mais pour lui donner la capacité de continuer, les forces pro-libanaises, en particulier la France, la Grande-Bretagne, les États-Unis et les pays d'Europe du Nord, ont été déçues par ce soulèvement.

La source a déclaré: malgré l'entrée de certains facteurs, des erreurs non préprogrammées se sont produites dans les mouvements populaires et se sont reflétées négativement, telles que les divisions entre les partis de la révolution, la fermeture des banques contrairement aux souhaits et à la décision de la Banque du Liban, ce qui a entraîné une perte de confiance dans le secteur et dans un délai de 15 jours, de l'argent a été transféré à l'étranger, de sorte que le dollar a disparu du marché et que la valeur de la livre libanaise a commencé à se détériorer efficacement.

Il a conclu en faisant référence au rôle ambigu des forces de sécurité intérieure qui n'étaient pas un protecteur du peuple.

 

Rejoignez la chaîne YouTube maintenant, Cliquez ici


Suite News

Actualité à la Une

Exclusive