Les prix des fruits et légumes sont chers... Les agriculteurs menacent d'endommager la production

Les prix des fruits et légumes sont chers... Les agriculteurs menacent d'endommager la production

| lundi 20 juin 2022

Rania Chakhtoura, Agence “Akhbar al-Yawm”

Al-Tarshishi parle des raisons de l'obstruction des exportations et de la hausse des coûts

Les prix des légumes et des fruits sont chers: Il n'y a pas de variété de légumes et de fruits, moins de trente mille par kilogramme, quant aux prix des fruits de saison, ils dépassent 70 mille.

Les agriculteurs sont sur le point de jeter leur production... Cependant, les agriculteurs ont une objection qui va au-delà des prix, car la production est assiégée devant les centres agricoles du port de Beyrouth et les postes frontaliers, en raison de la grève des employés du secteur public, qui a conduit à empêcher l'exportation de milliers de tonnes de fruits et légumes libanais, et le retard supplémentaire entraînera leurs dommages, et empêchera l'introduction de devises fortes dans le pays, ce qui constitue des répercussions catastrophiques sur les exploitations agricoles qui souffrent depuis avant l'effondrement de 2019.

Ibrahim al-Tarshishi, chef de l'Association des agriculteurs et des paysans, explique via l'agence "Akhbar al-Yawm" que ce dont nous souffrons maintenant n'est pas nouveau, mais que les choses se sont aggravées plusieurs fois de suite. Il dit: La production libanaise est retardée à l'aéroport et aux postes frontaliers d'al-Masnaa à al-Aboudiyeh et au port, et la grève a aggravé les choses, ajoutant: Nous avons tiré la sonnette d'alarme plus d'une fois et mis en garde contre la poursuite de la production dans ces installations, mais personne n'a répondu.

Al-Tarshishi souligne que le secteur agricole ne peut pas résister à une grève de l'administration publique qui dure 20 jours, alors que la production doit atteindre le pays d'importation et être consommée avant cette période, et continue: aujourd'hui, nous sommes au plus fort de la saison, et les pertes seront très importantes, par exemple, la saison des cerises dure moins d'un mois, et s'il n'y a pas de capacité d'exportation, laisser des fruits sur les arbres peut coûter moins cher que la cueillette, l'emballage et le transport...

Ici, al-Tarshishi attire l'attention sur le fait que la production est plus que le besoin de consommation du marché local, car il y en a une section dédiée à l'exportation, et il n'y a pas de marché pour cela chez nous.

Al-Tarshishi explique que les prix au niveau local sont liés à la hausse des coûts de production des semences aux engrais, en plus des prix du carburant, ce qui entraîne automatiquement des coûts de transport plus élevés, en disant: Pour la première fois dans l'histoire de l'agriculture libanaise, le prix d'une canette de carburant atteint ce niveau, alors comment le secteur peut-il résister et perdurer?! Ajoutant: tout cela rend le coût plus élevé que la capacité du citoyen à acheter des dizaines de fois. À tout cela s'est ajoutée la grève des employés du secteur public, sachant que l'exportation de la production agricole nécessite que 3 ou 4 employés travaillent deux heures pour gérer les affaires d'exportation.

Il dit: les employés apprécient notre situation, ils sont privés et ne reçoivent pas leurs droits, et nous ne sommes pas contre eux ou contre leurs revendications, mais l'injustice ne doit pas conduire à une autre injustice et à la destruction du secteur, car les services publics doivent rester en place pour gérer les choses qui n'attendent pas.

A propos de la possibilité d'une solution rapide, al-Tarshishi révèle après une série de contacts avec le ministère de l'agriculture, "nous avons reçu la promesse de gérer les choses aujourd'hui afin d'éviter le pire".

Il conclut: C'est la faute de l'Etat, et non de l'employé.

 

Rejoignez la chaîne YouTube maintenant, Cliquez ici


Suite News

Actualité à la Une

Exclusive